Fonseca – N°1

Fonseca n°1.jpg
Prologue

Cape / Sous-Cape / Tripe : Cuba

Prix : 6,80€

Il y a plus d’un an déjà, ce module m’avait intrigué en civette, je dois bien le dire j’étais supris de voir un lonsdale cubain à moins de 7€.

Du reste je connais mal Fonseca, j’ai bien souvenir d’un corona, vraisemblablement le cosacos, dégusté alors que je découvrais le monde du cigare. Si son souvenir m’est plutôt agréable, je ne me rappelle d’aucune envolée lyrique… voyons ce que donnera son grand frère !

Vous l’aurez remarqué, ce N°1 comme toutes les vitoles de la marque Fonseca est drappé dans une feuille de soie. Cette particularité m’amuse, j’ai un peu l’impression de déballer un cadeau, et une fois cette feuille ôtée, le lonsdale est beau.

Élancé comme ses confrères lonsdales, ce N°1 a une cape colodaro-maduro nervurée, son corps est souple mais bien rempli, dans un rendu très gourmand. Cette gourmandise se confirme à cru, dégustation à cru dans laquelle se mêlent les arômes de bois précieux et de brioche : j’ai hâte d’allumer ce cigare !

Dégustation

La dégustation débute en douceur.

La fumée est immédiatement épaisse, suave, tapissant bien le palais sans l’assècher, c’est bon ça !

Côté aromes, la première moitié de ce N°1 se partage entre le miel et la brioche. Étrangement, le bois précieux préssenti à cru n’est pas vraiment présent si ce n’est sous la forme de touches discrètes au détour d’une bouffée ci et là, la gourmandise prédomine donc !

Évoluant sur deux moitiés, ce lonsdale délivre sur la seconde partie des arômes de café torréfié et de cacao. On reste donc dans la gourmandise sans friser l’ennui, c’est maîtrisé, c’est aromatique, c’est fin, en bref : c’est bon !

Épilogue

J’ai passé deux petites heures très agréable en compagnie du Fonseca N°1. Certes, il peut lui être repproché de ne pas avoir une longueur en bouche exceptionnelle ou encore de n’évoluer que sur deux moitiés et donc de ne pas évoluer à plusieurs reprises… mais c’est vraiment pour critiquer !

Et surtout… ce N°1 est vraiment bon ! Et si j’arrive à remettre la main dessus j’en reprendrais sans hésiter ! Car oui j’ai découvert après cette dégustation que ce cigare était dur à trouver, si vous savez quelle civette en a n’hésitez pas à me faire signe !

Pour conclure, je me suis fait plusieurs fois la réflexion en fin de dégustation que, toutes proportions gardées, ce N°1 avait quelque chose d’un Bolivar Gold Medal ou d’un Sancho Panza Molinos

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s