Nicarao – Anno VI Robusto

Prologue

Cape / Sous-cape / Tripe : Nicaragua

Prix : 7,20€

Descender, wahoo quelle réussite ! Je m’oblige à le lire lentement pour apprécier chaque planche ! Magnifiques dessins, jusqu’ici une intrigue bien ficelée, bien écrite, des personnages travaillés… Mince ce n’est pas le sujet… Sinon je vous ai parlé de Brother Yusef ou de Justin Johnson ? Wahoo leur blues déchire ! … Comment ? Toujours pas le sujet ? …Je n’y couperai pas il faut commencer la dégustation : commençons.

Lors de mes débuts j’avais fumé à plusieurs reprises le Pyramide de cette gamme Anno VI, j’en gardais un excellent souvenir. Des cigares très végétaux, gourmand avec une réelle personnalité et une fumée riche en bouche ! C’est donc avec un certain plaisir que je me préparais à déguster ce robusto qui s’est au final avéré décevant…

Cigare ouvert à l’emporte-pièce qui fendra la cape, cape également fendue au milieu de la vitole, sans que cela ne gêne la dégustation, mais dommage tout de même.

Dégustation

Dès l’allumage, les saveurs s’orientent vers du poivre vert, quelques touches plus crémeuses et gourmandes type cacao lacté, par moments un arrière-goût de cuir. Le tout est largement dominé par le poivre qui gagnera en puissance et se muera peu à peu en poivre noir et masquera tout autre arôme. L’amertume fait son apparition : premier dégazage et ça ne sera pas le dernier puisque l’amertume revenait de façon lancinante, j’ai dû dégazer une demi-douzaine de fois lors de la dégustation.

A l’entame du second tiers qui sera agréable, le poivre se « verdit » de nouveau. Des touches de foin et d’herbes vertes viennent compléter la palette : c’est ça que je voulais ! Enfin, une puissance maîtrisée, des arômes qui ne sont pas uniquement orientés sur le poivre. Si la rusticité est certaine, ce divin n’est pas dénué d’une certaine finesse mais is sera hélas beaucoup trop court.

Inéluctablement, arrive le purin et un nouveau regain de puissance, le poivre de nouveau se noircit. Par moments, un peu d’humus accompagne le poivre, ce dernier tiers est un échec et je ne comprends plus ce cigare…

Epilogue

Sur le forum de « Pour une Poignée de Cigares », un membre évoque des montagnes russes et c’est exactement ça : une puissance non maîtrisée qui va et vient au fil de la dégustation. In fine cette vitole aura eu le mérite de me faire travailler les nuances de poivre, je ne pensais pas pouvoir les distinguer ainsi !

J’ai été déçu par cette vitole mais il faudra que j’y revienne, cette gamme m’avait ravi à mes débuts et si le palais évolue je ne veux pas m’avouer vaincu ! …Mais ce sera avec un Pyramide !